Comment devient-on un casseur? Quand la publicité devient une arme de non éducation, démonstration.

par Hélène SF  -  9 Décembre 2018, 09:00  -  #Casseurs, #Société, #Programmation, #Education, #Société de consommation, #Humeurs, #Responsabilité, #Publicité, #Les gens, #Poème, #Poésie

Comment devient-on un casseur? Quand la publicité devient une arme de non éducation, démonstration.

Bonjour,

Il y a des instants où la vie interpelle 

et il ne vous reste de répit

tant que vous ne l'avez pas écrit.

Me voilà donc une fois de plus portée

à venir le dénoncer.

Il a suffit de quatre mots

(d'ailleurs extrêmement bien écrits)

dans une publicité

à la télé.

Ces mots scandés

m'ont immédiatement révoltée.

Pourquoi?

Parce qu'ils justifient

voire intensifient

ce qui, aujourd'hui,

pour moi

ne cadre vraiment pas, 

dans la société.

Les voici:

"ça ne me suffit pas quand c'est juste suffisant (...)

je suis comme je suis comment je peux avoir tort?

je fais comme je le sens mais je le fais plus fort (...)

la vie n'est pas la vie si elle n'est pas intense"

(Oxmo Puccino)

Il s'agit une pub pour une énième voiture

(le modèle entrée de gamme d'un constructeur qui joue sur le segment "luxe"),

la pub s'adresse à travers la voix d'un rappeur connu

à ceux que cette musique est capable d'accrocher.

Si ces quatre mots m'ont si fortement choquée

c'est qu'ils utilisent dans le but de faire consommer

un slogan dangereux et mensonger 

qui prône l'individualisme 

à son paroxysme.

On est dans le sophisme:

tricher 

flatter

convaincre.

Frapper fort.

Peu importe les dégâts collatéraux.

Surtout vendre encore et encore.

Car ce ne sont pas des valeurs

mais des croyances.

et pas de chance,

les publicitaires s'en balancent.

Or ce slogan parle à l'inconscient

et est extrêmement percutant.

Lui dit de se lâcher,

peu importe les conséquences

"Je suis comme je suis comment je peux avoir tort?"

Impossible de lutter,

conscience annihilée.

Morale occultée.

Se faire plaisir

à tout prix.

Et cela justifie

les casseurs

les cambrioleurs

les assassins

les prédateurs.

Désolée,

quand les outils développés pour la publicité

deviennent si sophistiqués

si parfaitement maîtrisés

je pense qu'il y a danger

pour la société.

Quand à peine plus qu'adolescent

sans autre horizon

que de lugubres barres de béton

sans autre perspective

que cogner

pour exister,

il entend

ça maintenant

Il se dit OK,

ils ont raison: je prends 

puisque j'en ai envie. CQFD.

Avec de telles non valeurs

comment ensuite lui faire comprendre

que non, il ne peut pas  prendre?

Même pas peur

il va vivre de toute façon à cent à l'heure.

"Mode intense activé"

(Pub Audi A1)

manipulé

télécommandé.

Il est devenu incontrôlable

En partie, grâce à une fable.

Peut-être devrait-on réaliser 

qu'à force de vouloir créer

de parfaits consommateurs

n'écoutant plus que leurs pulsions

on a créé des démons

incapables de frustration

incontrôlables

et ingérables.

Alors maintenant qu'une partie de cette génération

a malheureusement subi cette non éducation

et cette programmation,

comment fait-on?

Et si on demandait à ceux qui savent si bien manipuler

de réparer?

(Il va de soi que j'ai bien conscience que la publicité n'est pas le seul fléau de cette société et que la maltraitance institutionnelle a aussi sa part dans le mal être qui descend casser.

Mais je regrette qu'autant de merveilleux talents soient mis au service de l'hyper consommation juste parce que "ça paye" alors qu'il y a tant à faire pour aider à progresser pour le bien de l'humanité.)

Merci d'être passé.

Faites-vous 

une jolie journée

© Hélène SF

Comment devient-on un casseur? Quand la publicité devient une arme de non éducation, démonstration.

(Les illustrations de cet article viennent de mes articles sur le street art à New York)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

GLChap 23/12/2018 11:46

Analyse terrible et édifiante pour l'enseignante que je suis...Meilleurs voeux pour cette nouvelle année.

Hélène SF 23/12/2018 13:39

Merci !
C'est pour celà que le travail des enseignants est si précieux. Car nous savons bien que la construction d'un être est complexe et que nombreux sont ceux dont le chemin a été transcendé par quelques mots d'un prof croisé au bon moment !
Continuez à planter des petites graines de savoir, c'est en répétant et en montrant l'exemple que l'on avance dans le bon sens. Je suis certaine que cette nouvelle année nous réserve plein de jolies surprises ! Bonnes vacances !